oraux infirmiere reconversion fpc
oraux infirmiere reconversion fpc

Comment faire un plan

Comment construire un plan en 10 minutes à l’oral IFSI ?

 

Conseils de départ :

 

Faut-il faire un plan en deux partie ou trois parties ? 

Il vaut mieux faire deux grandes parties correctes que d’en ajouter une troisième sans intérêt.

Essayez de trier vos arguments par ordre d’importance.

Faut-il prendre partie ? 

 

C’est un faux problème ! Il ne s’agit pas de dire votre point de vue personnel, mais de démontrer en rassemblant tous les arguments possibles (classées et organisés).

 

Il existe 3 modèles: 3 plans possibles à utiliser durant l'oral IFSI.

 

1 - Le plan dialectique ou critique.

 

 Dans un plan dialectique, il faut trouver une opinion INVERSE. Il ne s’agit pas dans une première partie, de développer systématiquement le point de vue exprimé par le sujet, et dans une deuxième partie, la  nuancer ou la contester en montrant ses limites. La troisième partie, en général est censée dépasser le sujet, soit en proposant une opinion personnelle, soit en réconciliant les 2 points de vue opposés, ou en posant  le problème autrement.

 

Ce fameux « thèse – antithèse – synthèse ». Doit être utilisé avec beaucoup de précaution ! On peut utiliser ce plan si et seulement si l’opinion, le sujet est discutable. Si l’on peut exprimer véritablement un point de vue inverse, ce qui n’est pas toujours le cas.

 

- La thèse défendue en première partie correspond souvent l’avis du sens commun

L’antithèse est une réfutation de la thèse, elle détruit le point de vue du sens commun, de l’opinion générale.

Et enfin la synthèse qui rapproche les deux points de vue opposés au sein d’un point de vue supérieur. On peut dire qu’elle réunifie, sans obligatoirement opérer un compromis.

 

Exemple :

 

  • Faut-il dépénaliser le cannabis.

 

Thèse : Le modèle des Pays-Bas (on peut également parler de l’Espagne) dépénalise.

 

Antithèse : OUI MAIS cela entraîne un phénomène de banalisation, voir incite à la consommation…

 

Synthèse : Le cannabis est nocif pour la santé, il faut avant tout le dire, le faire comprendre et responsabiliser les jeunes…

 

2 - Le Plan analytique :

 

Il existe 2 variantes :

 

1 - Explication / Illustration / Commentaire

Il est souvent utilisé pour les sujets du type « explication d’une citation ».

 

Exemples : sujet annales IFSI :

 

  • Commentez et expliquez le proverbe chinois : « il vaut mieux changer les tuiles du toit quand il fait beau ».

 

2 - Causes / Conséquence / Remèdes OU Causes / Conséquences / Solutions (ce plan concerne surtout les sujets « sociaux »).

Exemples : l’alcoolisme au volant, la drogue, la délinquance, la violence… des sujets où il est question de causes qui favorisent…entraînement un phénomène.

 

- Causes historiques (inégalité homme femme > La religion)

- Causes sociales > grandir dans les banlieues

- Causes familiales > les parents divorcés.

 

Exemples :

 

  • Sujet : « l‘échec scolaire ».

 

Vous comprenez que les causes de l’échec scolaire chez les jeunes sont facilement repérables ! Ensuite : les conséquences pareillement (manque de formation, déscolarisation, etc). Pour remédier à cela vous serez obliger de parler du rôle des parents, de l’état… responsabilisation, adaptation des programmes…

 

3 - Le plan thématique :

 

On utilise ce plan pour les grands sujets qui demandent une explication très large et progressive.

 

Exemple :

 

  • Sommes tous immortels ? Sujets de septembre 2014.

 

Il est question de l’immortalité, vaste sujet qui ne peut pas être traité autrement qu’à partir d’un plan thématique du type :

 

1 – Immortalité et Religion.

2 – L’immortalité et les grandes œuvres éternelles (Homère, Racine Hugo)

La quête scientifique : le cœur artificiel Carmat

 

En conclusion :

 

Vous l’avez compris, il existe des sujets qui se prêtent au plan thématique, d’autre non… On ne choisit pas un plan, il s’impose par lui-même.

 

Il faut surtout comme le dit le philosophe Nietzsche « ruminer le sujet », le mâcher, le découper, le hacher, mot par mot avant de commencer à le traiter.

 

Durant l’oral, les jurys recherchent avant tout du bon sens. La solution est dans le sujet.

 

Prenez l’exemple du sujet suivant :

 

  • Le chômage est-il une fatalité ?

 

Vous pouvez expliquer les causes du chômage et ses conséquences… n’importe quel manuel de préparation au concours vous donnera les arguments dans le détail.

 

C’est le mot « fatalité » qui est important ici destin, ce que l’in ne peut pas éviter ! Voilà la clef du sujet. Il ne faut pas réciter mais traiter l’intitulé, ce qui fait problème à l’intérieur.

 

Pour aller plus loin:

 

Explication et analyse "comment faire un plan ?" par Alain Anibaldi > Vidéo 7 > Je vois.

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Visioprépa - Concours infirmière